Vendredi 16 mars: L’héritage de Jean Piaget

banner image vendredi

Jean Piaget fut un pionnier dans l’étude du développement cognitif de l’enfant. Quels sont les fondements de sa théorie et comment a-t-elle influencé la recherche et les investigations actuelles dans ce domaine ?

Pierre Barrouillet (UNIGE) et Marc Ratcliff (UNIGE) discuteront de ces sujets durant cette soirée.

Uni Dufour, 24, rue du général Dufour

19:00

« La raison est plastique » : la théorie piagétienne des relations entre esprit et cerveau

Cette conférence portera sur les relations entre le cerveau, le système nerveux et l’esprit chez Jean Piaget, de ses premières métaphores jusqu’à la constitution d’une théorie du parallélisme psychophysiologique.  Après avoir employé la plasticité comme métaphore du fonctionnement de l’esprit dans les années 1920, c’est après la Seconde Guerre mondiale, au croisement de la cybernétique naissante et de la neurologie que Piaget va élaborer sa théorie des relations entre le fonctionnement du cerveau et les constructions de l’esprit. On le verra donc d’abord, dans les années 1950, aux prises avec les idées de Ashby, de Norbert Wiener et de McCulloch et Pitts ; Puis il examine dans ses ouvrages de philosophie de la biologie – notamment dans Biologie et connaissance (1966) – les effets de la cérébralisation sur le processus de l’hominisation. Là, il défend l’idée que la programmation héréditaire n’atteint pas les structures cognitives et que celles-ci sont construites. Au final, selon Jean Piaget, le processus de la cérébralisation est compatible avec une visée constructiviste de la psychologie. Leur relation peut être alors comprise comme un parallélisme psychophysiologique qui évite l’écueil réductionniste.

Marc Ratcliff

....

Pierre Barrouillet

Professeur à la Faculté de psychologie et sciences de l'éducation

L’héritage piagétien: Le nombre et son développement

Parmi l’impressionnante contribution de Piaget à notre connaissance et compréhension du développement intellectuel, sa théorie de la genèse du nombre chez l’enfant occupe une place particulière en ce qu’elle constitue une illustration exemplaire de ses conceptions théoriques les plus profondes et qu’elle a durant des décennies façonné la recherche dans ce domaine. Bien que les travaux des psychologues durant ces quarante dernières années, et principalement les découvertes effectuées chez le bébé humain, aient progressivement démantelé l’édifice Piagétien dont on pensait il y a peu qu’il ne restait rien, des propositions récentes sont venues, de manière inattendue, redonner crédit aux hypothèses fondatrices qui guidaient l’investigation piagétienne. Je tenterai de brosser, en vingt minutes, un tableau de cette aventure scientifique et intellectuelle en montrant comment l’approche piagétienne conserve encore de nos jours son originalité et sa modernité.