Jeudi 15 mars: Le langage : des premiers mots aux premiers troubles

banner image jeudi

En quelques années, l’enfant est capable de maitriser un système aussi complexe que le langage. Alors que certains enfants acquièrent plusieurs langues en même temps, d’autres présentent un retard de langage.

Hélène Delage (UNIGE), Narly Golestani (UNIGE) et Pascal Zesiger (UNIGE) discuteront de l'acquisition du langage, du bilinguisme et des troubles chez les enfants.

Uni Dufour, 24, rue du général Dufour

19:00

Pascal Zesiger

Professeur et Doyen de la Faculté de psychologie et sciences de l'éducation

L’acquisition du langage dans la petite enfance

Comment fait le petit d’homme pour parvenir à maîtriser les bases d’un système aussi complexe que sa langue maternelle en quelques années ? Nous évoquerons quelques éléments de réponse à cette question en examinant les données récentes relatives à l’acquisition des sons de la parole au cours de la 1ère année de vie, ainsi qu’à l’acquisition des mots et des combinaisons de mots entre 1 et 3-4 ans.

Bilinguisme et cerveau chez l’enfant  

Les enfants ont plus d’aisance que les adultes pour l’acquisition de langues étrangères. De nombreuses recherches portent sur les périodes ‘optimales’ dans le développement pour l’apprentissage de différents aspects du langage, dont la phonologie, les mots et la syntaxe. Les études d’imagerie cérébrale sur le bilinguisme chez l’adulte montrent que le bilinguisme peut entraîner des modifications au niveau du cerveau, mais il y a peu d’études sur le cerveau chez les enfants bilingues. Je présenterai un aperçu des recherches sur le bilinguisme et sur le cerveau chez l’enfant, et toucherai aussi sur les études d’imagerie cérébrale sur le langage chez le nouveau-né. 

Narly Golestani

Professeure à la Faculté de médecine

Hélène Delage

Chercheuse à la Faculté de psychologie et sciences de l'éducation

Retard ou trouble de langage ?

Alors que la grande majorité des jeunes enfants entrent dans le langage oral sans aucun effort, certains présentent un retard dans ce domaine. A partir de quand est-on dans un retard par rapport à la « norme » ? Ce retard va-t-il se combler spontanément ou s’agit-il d’un trouble durable du langage ? Nous nous intéresserons essentiellement aux retards précoces de langage. Ils peuvent être liés à des pathologies connues, sensorielles comme la surdité ou bien encore neuro-développementales comme le trouble du spectre autistique. Dans d’autres cas, aucune cause n’est identifiée. Le grand enjeu des professionnels de la petite enfance est alors de savoir quels sont les enfants qui rattraperont le niveau de langage de leurs pairs et quels sont ceux qui auront besoin d’une prise en charge précoce.